top of page

ONCODIETS : le 1er réseau de diététiciens libéraux en cancérologie

Ruban d'or

Pour un patient atteint d’un cancer, une prise en charge nutritionnelle fait partie du parcours de soin.

Lorsqu’elle est bien suivie, les bénéfices apportés sont nombreux :

  • elle permet une bonne tolérance des traitements anticancéreux (chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie, immunothérapie, chirurgie) ;

  • elle améliore la qualité de vie ;

  • elle prévient des récidives ou l’apparition d’autres pathologies.

Pour être bien menée, il est important d’être entouré d’un(e) professionnel(le).

Deux situations opposées sont à éviter : la dénutrition et une prise de poids trop importante, en particuliers pour un cancer du sein.

La prévalence de la dénutrition, tous cancers confondus, est de l’ordre de 40 %. Les durées de séjours à l’hôpital étant de plus en plus courtes, la prévention de la dénutrition doit donc commencer en amont de l’hôpital et se poursuivre en aval.

D’un autre côté, une prise de poids trop importante est elle aussi délétère, notamment dans le cas du cancer du sein. En effet, la moitié des patientes françaises sont en surpoids ou obèses au moment du diagnostic de cancer du sein et près de la moitié prennent du poids dans l’année suivant la chimiothérapie. Or la prise de poids augmente le risque de récidive et de second cancer.

Que ce soit pour éviter une dénutrition ou une prise de poids, il est important de maintenir le poids pendant et après un traitement du cancer en étant bien accompagné.
(Source : SFNCM, réseau nutrition, réseau Oncodiet)

bottom of page